De nouvelles relations entre l’Allemagne et les pays de la sous région

Les travaux de la deuxième édition du Printemps de la coopération germano-togolaise ont été ouverts ce lundi à Lomé sous l’impulsion du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey et en présence de ses collègues malien, Abdoulaye Diop, nigérien, Ibrahim Yacoubou et burkinabé, Alpha Barry. Étaient également de la partie, des décideurs et hommes d’affaires allemands conduites par Yohannes Selle, burkinabé, malien, nigérien et togolais qui vont se réunir du 3 au 5 avril prochain autour des différents panels et entamer des rencontres G to B et B to B.

M. Selle, lors de la cérémonie d’ouverture des travaux, a rappelé le parcours des relations entre l’Allemagne et le Togo jusqu’à la rupture de la coopération en 1990 et sa reprise en 2011.

« Cette rencontre initiée par le gouvernement togolais est louable d’autant plus qu’elle ne peut qu’apporter du bien aux relations entre l’Allemagne et le Togo d’une part et l’Allemagne et les autres pays de la sous-région ouest africaine, d’autre part« , a laissé entendre M. Selle.

Les ministres burkinabé, malien et nigérien des Affaires étrangères ont pour leur part remercié le chef de l’État togolais pour son « leadership » tout en relevant les relations économiques qui lient leur différents pays au Togo. Ils ont également reconnu que « seul le secteur privé peut aider les États de la sous région à construire des économies solides et durables« .

Quant au chef de la diplomatie nigérienne, le printemps de la coopération germano-togolaise est très apprécié par le Niger qui aujourd’hui a cette opportunité de rencontrer des hommes d’affaires allemands pour nouer des relations pouvant donner un nouvel élan à l’économie nigérienne.

Selon M. Dussey, l’Allemagne et le Togo ont opté pour le travail dans la coopération. « L’ouverture de cette rencontre germano-togolaise au Burkina Faso, au Mali, au Niger et aux institutions sous régionales, est une volonté du chef de l’Etat togolais afin de faciliter la naissance des nouveaux partenariats entre les entités« , a-t-il indiqué.

 » Le Togo devient ainsi la porte d’entrée pour les pays de l’hinterland. Il constitue une terre d’opportunités pour les investissements privés, innovants et les partenariats public-privé « , a-t-il souligné.

Au cours de cette rencontre, une Chambre de commerce germano-pays francophones de l’Afrique de l’ouest sera créée pour la facilitation et l’accroissement des échanges entre les pays francophones d’Afrique.

M. Dussey a aussi indiqué que le chemin qui mène au développement c’est celui de la coopération. D’ici 2018, la rencontre va changer de nom à cause de son ouverture aux autres pays de la sous-région.

 

Source : Togoportail, l’information à votre portée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *